Meet Michèle


Meet Michèle.
Michèle and I met at the cash register of one of the local fabric haunt, our conversation quickly spread into the parking lot. Michèle used to work at Courrège in Pau and then she moved here to work for Gérard Darel before production moved elsewhere. Michèle was a production manager. Michèle agreed to share some of her vast knowledge with me. I mentally bowed and kissed her feet.
On Monday afternoon, I brought all of my bits and piece to her place and we poured over them. She instructed me to ditch almost all the interlining I had planned, she drew new ones, she told me how and where to reduce the seam allowances, gave me some bating for the sleeve head, told me to have the coat pressed by a professional before inserting the lining and much more, which I'm just hoping I'll remember because it's invaluable.
I spent most of yesterday redoing what I had done and with all this red and white, it looks like I'm making a Santa outfit. 'Tis the season.



The main lesson learned here is that tailoring a coat is not like tailoring a jacket. With wool this thick, had I played by the books, I would have ended up wearing a piece of cardboard. Lesson learned.
Merci beaucoup Michèle!

Michèle


Je vous présente Michèle.
Nous nous sommes rencontrées à la caisse d'un magasin de tissu et notre longue conversation s'est terminée dans le parking. Michèle a travaillé longtemps chez Courrège à Pau et elle est venue travailler ici chez Gérard Darel avant que la production déménage ailleurs. Michèle était chef d'atelier. Michèle a bien voulu partager son vaste savoir avec moi. Mentalement, je me suis mise à genoux et je lui ai embrassé les pieds.
Lundi après-midi, j'ai amenĂ© toutes mes petites pièces et on s'est penchĂ©es dessus. Elle m'a donnĂ©e une tonne d'instructions dont j'espère me rappeler car elles n'ont pas de prix. Elle a Ă©liminĂ© la majoritĂ© des pièces d'entoilage, elle en a dessinĂ© de nouvelles, elle m'a dit exactement oĂą rĂ©duire mes coutures et de combien, elle m'a donnĂ©e de la ouatine pour la tĂŞte de manche et elle m'a conseillĂ© d'aller au pressing avant d'installer la doublure. 
J'ai passé la journée d'hier à tout refaire et avec tout ce blanc et rouge, on dirait que je fais un costume de Père Noël. C'est vraiment dans l'air du temps.


La leçon apprise ici c'est qu'un manteau, ce n'est pas une veste. Avec de la laine si épaisse, si j'avais tout bien fait comme dans les livres, j'aurais porté un manteau en carton. Bien reçu.
Merci beaucoup Michèle!

Decisions

Early in the day, with light

I buy interfacing all the time.
I live in interfacing nowhereland and when I see some that looks like it'll do a decent job, I buy a huge amount. The interfacing of choice this time was found in the Baby Dior bin. It's a woven, it's really soft and fuzzy and it might even add a bit of warmth to my coat, warmth is good. 

Photo curtesy of Style.com

The other important decision was about the buttonholes. I have already bought the silk to do handworked buttonholes and top stitching, but since I saw the humongous Louis Vuitton bound buttonholes in this winter's collection, I have wanted them, except I am not 6 feet tall and buttons this huge will make me look like a clown so I had to work out a reasonable proportion. It also means I'll forgo of the topstitching.

Late in the day, without light

I made several attempts and what I think works best is a 2"x1/2" welt with a 1 1/4" covered button. I had a huge thickness problem which I have resolved thanks to Paco Peralta's tutorial on double wool seam finish. I split the fabric, removed the lint with a sticky roll, fused a very lightweight interfacing on the lips and used Fashion's Incubator's welt pocket tutorial. I'll probably close the lips' exposed part with a small stitch.
Just so you know, because I have wondered how to unbutton your coat without ripping something or dropping a precious jewel, the Vuitton buttonholes are there for decoration only, they are covered snaps, very clever!






DĂ©cisions

Avec lumière, dĂ©but de journĂ©e 

J'achète de l'entoilage tout le temps.
Je vis dans un trou noir de l'entoilage ici et dès que je vois quelque chose susceptible de se comporter comme de l'entoilage digne de ce nom, j'en achète une grande quantité. L'entoilage choisi pour ce projet vient de chez Baby Dior et il est doux comme du pilou et chaud. Chaud, c'est bon.

Photo : Style.com

L'autre décision importante concerne les boutonnières. J'ai déjà acheté le cordonnet de soie pour faire les boutonnières à la main et les surpqûres mais j'ai été séduite par ces gigantesques boutonnières vues chez Vuitton cet hiver, excepté que je ne fais pas 1m80 et des boutons de cette taille me donneraient l'allure d'un clown. J'ai donc travaillé dans des proportions plus raisonnables et oublié les surpiqûres.

Sans lumière, fin de journée


J'ai fait plusieurs tests et ce qui marche le mieux, c'est un passepoil de 2x1/2" avec un bouton recouvert de 1 1/4". J'avais aussi un gros problème d'épaisseur que j'ai résolu grâce au tutoriel de Paco Peralta sur les finitions d'une double laine. J'ai séparé le tissu, enlevé les fils avec une brosse adhésive, entoilé très légèrement et utilisé le tutoriel de Fashion Incubator pour faire le passepoil. Je vais probablement fermer la partie ouverte avec un petit point.
Juste pour que vous le sachiez, parce que je me suis demandé comment déboutonner sans abimer le manteau ou perdre une pierre précieuse, les boutonnières Vuitton, c'est de la décoration, ce sont des pressions recouvertes, très malin!






Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...