Le Manteau de Carmen EP12 - Les manches

Mon manteau à moi

Monter une belle manche est une espèce de jalon dans la vie d'un couturière. On se rappelle de la première fois, qui n'était pas tip top et des autres, à peine mieux... et on regarde toutes les méthodes et on les essaie toutes et on a des résultats moyens et on peste et on a une manche bien et la deuxième que l'on va devoir refaire 56 fois et ... stop!
Je monte des manches souvent, avec un succès régulier, je ne stresse plus depuis des années, sauf pour certaines matières et souvent c'est pour une question de coupe. Car oui, chers lecteurs, en industrie, on adapte, à l'étape du patronage et de la coupe, la valeur d'embue à résorber en fonction du modèle et du tissu utilisé. Il y a même une tendance à éliminer totalement l'embue en prêt-à-porter pour économiser du tissu et pour que les opératrices travaillent plus rapidement. (En 2005, cet article avait fait sensation.) Donc, ne stressez pas, c'est parfois plus difficile, parfois moins et ce n'est pas votre faute. ps Il m'est arrivé, en secret, de raboter un peu la tête de manche sur des patrons vintage, chut!
Que ce soit pour un montage à plat ou une manche tailleur, je procède de la même manière et j'ai eu assez de succès avec celle-ci pour vous la montrer.


Je divise l'emanchure entre les crans de montage et la tête de manche en passant par les repères en parts de distance égale. Le patron du manteau n'a pas beaucoup d'embue, en théorie, résorber l'embue entre les repères devrait fonctionner. Sur certains partons plus anciens, cette valeur est plus grande donc je travaille sur une plus grande couture.


Je fais la même chose à la tête de manche. Il est important d'épingler sur la ligne de couture, sinon vous allez avoir des difficultés.


Je présente la manche endroit contre endroit dans l'emmanchure en prenant soin de bien aligner les repères et le dessus de manche à l'épaule. Dans notre cas, on vérifiera que le dessous de manche est bien dans le dos du vêtement et que le cran du milieu côté est bien aligné avec le dessous de manche. (Je vous dit ça parce que... il faudra que je vous montre un jour hihi!)


J'épingle dans toutes les épaisseurs. Ça va faire des petites vagues dans la manche, c'est normal c'est ce qui doit être résorbé.


Je tire sur les fils de bâti tout doucement, puis je travaille le tout entre les doigts jusqu'à ce que la tête de manche soit de la même longueur que l'emmanchure entre les repères. J'épingle beaucoup, directement sur la ligne de couture. Je bâtis main à petits points ou machine à grands points, je vérifie mon ouvrage sur l'endroit, je corrige seulement les endroits qui ne sont pas lisses sur 1 ou 2 cm puis je couds.

Marges réduites
Je fais une deuxième couture (un peu ratée ici) à 3/4mm dans la marge pour la solidité. Je réduis les marges sous les aisselles.

Avant, avec les vaguelettes de l'embue
Je presse les marges à l'intérieur de la manche avec le bout du fer. Les manches ne se pressent jamais à l'extérieur, ça les écrase. Notre tissu est entoilé, il ne s'éffilochera plus, mais c'est maintenant, une fois bien pressé, qu'il faut finir les marges si le vêtement n'est pas doublé, par un zigzag ou un surjet.

Après, embue résorbé
Pour vous entraîner avec cette méthode (qui n'est pas de moi, si ma mémoire est bonne, c'est dans un vieux livre Singer que je l'ai apprise), je recommande de monter les manches de la doublure en premier. Si il y a des petits poutous, ça ne se verra pas.
Bonnes coutures!

/

I am making a coat for myself out of the book I just wrote. It's only available in French so I won't translate whole posts. This is the Singer Sewing Book method for sewing a sleeve.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...