L'Été Indien

été indien
Soeurs / Sisters
Ce n'est pas encore l'automne, c'est le nom de la robe que j'ai photographiĂ© Ă  MontrĂ©al en juin. Le 24 exactement en revenant de la parade de la St-Jean Baptiste. C'est pour vous dire comment je suis en retard pour vous montrer tout ce que je fais. 
Le patron est gratuit et disponible sur le site de Essais et Erreurs.
J'ai pas fait grand chose au patron lui-mĂŞme... un FBA et une petite pince Ă  l'emmanchure devant, je le fais direct maintenant je ne me pose plus la question. Le chambray Ă  fleurs vient de chez By Sandra's Hand je lui ai achetĂ© ce printemps lors d'un dĂ©stockage qu'elle a fait sur Instagram. Il y a vraiment beaucoup de polyester dedans alors j'ai doublĂ© le corsage avec un voile de coton rouge. Je suis un peu douillette du polyester voyez-vous. 
Si je puis me permettre, je me suis trouvĂ©e assez brillante dans le montage de la doublure : j'ai l'ai cousu et sous-piquĂ© aux emmanchures, cousu Ă  la jupe en fourreau et j'ai bâti celle-ci au milieu devant et au col puis ai posĂ© la patte de boutonnage et le col et c'est super beau et propre. 


L'ÉtĂ© Indien est un patron gentiment offert par La Vicomte de Boisjoly pour laquelle j'ai eu de la compassion pendant l'hiver car elle et quelques copines se sont retrouvĂ©es au centre d'un imbroglio juridique superflu que je ne souhaite Ă  personne. 
Une gestion de crise malavisĂ©e de la part d'une crĂ©atrice de branding Ă©motionnel Ă  la gestion de relations publiques dĂ©faillante (un cas d’Ă©cole si vous voulez mon avis) a crĂ©Ă© du ressenti et de la mĂ©fiance dans la blogosphère française et j'ai assistĂ© aux volĂ©es de nom de poisson avec stupeur. Des mois après, je n'arrive toujours pas Ă  comprendre comment on peut tellement s'investir Ă©motionnellement avec une marque vendant du style de vie pour en oublier toute biensĂ©ance et manquer de politesse Ă  ce point. On passe des heures Ă  enseigner Ă  nos enfants Ă  savoir raison garder et on la perd Ă  la première occasion. (Je comprends qu'on s'investisse Ă©motionnellement avec une personne et je ne critique pas les amis personnels de la crĂ©atrice de cette sociĂ©tĂ© qui l'ont dĂ©fendu avec parfois beaucoup de tact et d'Ă©lĂ©gance, j'en ferais de mĂŞme avec mes copines)
Curieuse de nature, doutant de tout et trouvant le modèle joli et estival, j'ai donc tĂ©lĂ©chargĂ© le patron ÉtĂ© Indien pour vĂ©rifier si les connaissances de Mme en matière de patron sont suffisamment Ă©clairĂ©es pour Ă©mettre des critiques sur le patronage des autres. Il Ă©tait possible après tout que les dĂ©monstrations pĂ©dagogiques de La Vicomte aient Ă©tĂ© tout Ă  fait improbables dans le sens mathĂ©matique du terme. Une vĂ©rification s’imposait.
Je n'ai jamais fait de robe qui n'a pas de petits défauts et celle-ci n'est pas différente mais je peux difficilement mettre ses compétences en doute, son travail est rigoureux, j'ai fait une très belle robe.
Le tombĂ© du col est très Ă©trange et "il rebique" Ă  col ouvert. Quand le col est fermĂ©, c'est bien, mais comme vous pouvez voir sur la photo du haut, j'ai l'air d'une matrone. Si jamais je fais une prochaine version, je corrigerai car je la porte col ouvert. 
Certaines annotations sur le patron ne respectent pas les conventions que je connais. J'ai l'habitude des patrons amĂ©ricains oĂą on ne dit pas "rĂ©sorber 9cm" pour les fronces mais on dessine des petits crans de montage sur le corsage et la ceinture pour les aligner. 
Il y a un dĂ©sĂ©quilibre entre le devant sans pince et l'arrière avec pince. Au portĂ©, c'est Ă©trange d'avoir tout ce tissu devant et moins de tissu derrière, mais une des raisons pour laquelle j'ai beaucoup de tissu devant est aussi parce que maintenant j'ai des seins (dont je ne sais que faire, sujet d'un prochain billet) et il faut que je leur fasse de la place alors je ne suis pas tout Ă  fait prĂŞte Ă  affirmer qu'il s'agisse d'une erreur de style. 
Elle est trop longue, mais tout est trop long pour moi.
Sinon, pas d'erreur d'alignement des pièces ou autres coquilles qui aurait pu me causer un mal de tĂŞte ce qui arrive parfois chez les indĂ©pendants. Je n'ai pas lu les instructions en dĂ©tail puisque je les ai changĂ©es, mais elles avaient l'air claires. 
Je planifie dĂ©jĂ  ma deuxième robe gratuite de chez elle et j’attends de voir avec impatience le rĂ©sultat de son travail de fond sur son patron de base. Je ne voudrais surtout pas que ses dĂ©boires juridiques l’empĂŞche de partager ses Ă©lucubrations qui sont très intĂ©ressantes. 
Je vous souhaite Mme La Vicomte, à vous et à vos compagnes de galère, une solution rapide à vos déboires et je continuerai à vous lire.

/

To make this French long story short for my English readers, something nasty happened in the French sewing blogosphere in the winter. There were rumours that a French indy pattern maker was selling carbon copies of existing patterns with instructions. Some peeps, set out to verify these rumours. Instead of doing a mea culpa and getting on with it, the pattern company chose to slap a take down notice and sue the whistleblowers for libel and go on with it. This created ressentment. The flaming war was epic and a dishonor and it created a suspicious climate which I still can't get over. None of this is pretty so I'll spare you. I haven't bought a French pattern since. 
In the light of recent events (Manning, Snowden, Assange and all) though, I tend to side with whistleblowers. So I decided to test the pattern making abilities of one of them to see if she knows what is it they are talking about. I made one of the free pattern she kindly provides.
I did make a nice dress which I wore all summer. They are still battling lawyers, I wish them well.







Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...